Les Français toujours plus fans des chats: "Son caractère nous correspond plus que celui du chi

http://rmc.bfmtv.com/emission/les-francais-toujours-plus-fans-des-chats-son-caractere-nous-correspond-plus-que-celui-du-chien-1176321.html

Il y a de plus en plus de chats en France. Selon une enquête de l'institut TNS publiée ce mardi, ils seraient près de 13,5 millions dans les foyers français, contre 7,3 millions de chiens, dont le nombre a au contraire stagné ces 10 dernières années. Stéphane Garnier, auteur de "Agir et penser comme un chat", décrypte pour RMC.fr cet amour croissant pour le félin.

Stéphane Garnier, auteur de "Agir et penser comme un chat" (éd. De L'Opportun). Il a un chat, Ziggy, qui a 14 ans.

Ouverture dans 3

Sponsorisé par Ford

NOUVEAU FORD KUGA

Grâce au système audio Ford SYNC, au hayon mains-libres et à l’Active Park Assist, le Nouveau Ford Kuga est à la pointe de la technologie.

Configurez-le

adikteev

"Le succès croissant du chat est dû aux aspects pratiques liés à sa taille où à sa propreté. Mais c'est surtout en raison de son autonomie et son caractère indépendant. Le chien, lui, a besoin de la présence de l'homme en permanence notamment pour jouer et se nourrir, alors que le chat vit en parallèle. Le chien est très malheureux quand il est seul, alors qu'un chat vit sa vie comme il l'entend et choisit ou non de rester avec son maître. On ne donne pas d'ordre à un chat, il reste avec vous s'il se sent bien, sinon il va s'en aller.

Ce qui lui importe c'est son bien-être et tout ce qu'il fait ne répond qu'à ça. Il n'aura pas besoin de nous pour vivre bien. Le chat est tout aussi indépendant que câlin, et c'est ce phénomène qui explique, selon moi, l'attachement des gens. Contrairement au chien qui est très câlin et qui vous fait la fête tout le temps, le chat, lui, préfèrera rester dans son coin s'il n'a pas envie et va vous bouder parfois plusieurs jours s'il y a quelque chose qui ne lui a pas plu.

Finalement, cela correspondront à notre nature humaine profonde: on est plus indépendant que soumis. Ça joue dans le choix de cet animal. Le chat va jouer avec vous quand il l'aura choisi. S'il n'a pas envie, vous ne le ferez pas bouger d'un centimètre. Ça paraît beaucoup plus distant qu'avec un chien mais c'est à mon sens une relation beaucoup plus profonde.

À lire : Saffran, élue plus beau chat de France: "C'est une chatte exceptionnelle"

"Le chat n'a pas l'impression d'être égoïste"

On taxe souvent le chat d'égoïste, mais le chat n'a pas l'impression d'être égoïste. Il vit son propre bien-être avant tout, ce qui ne l'empêche pas de donner du bonheur ou de l'affection aux autres, mais sa priorité c'est de s'en donner à lui. On peut rapprocher cela d'un sentiment humain: après tout, on ne peut pas donner à autrui si on n'est pas d'abord capable de se donner à soi-même, comme on n'est pas capable d'aimer les autres si on n'est pas capable de s'aimer soi-même.

Ce que je démontre dans mon livre, c'est qu'il y a des traits de caractères du chat et de son mode de fonctionnement qui pourraient nous permettre de vivre mieux. Par exemple, alors que nous sommes sous le joug des modes et des qu'en-dira-t-on, le chat, lui, est complètement hermétique au regard des autres. Il pourrait nous aider à être plus honnête vis-à-vis de nous-mêmes et d'avoir plus confiance, sans nous soucier du regard des autres.

"Des hôtels et des sites de rencontre pour chats"

Le nombre de chats va continuer d'augmenter dans les années à venir. Dans d'autres pays, comme au Japon, cela devient une folie. Récemment une entreprise a embauché des chats comme anti-stress pour ses salariés. Il y a également le phénomène des bars à chats, qui existent aussi en France. Je me suis rendu récemment à l'hôtel Aristide, un établissement pour chats, où ils sont bien plus soignés que dans les pensions traditionnelles puisqu'ils ont leur propre chambre qui tient compte de leur besoin d'être en hauteur et en observation. Il y a tout un business qui se développe autour de cet animal. J'ai même vu des sites de rencontres pour chat.

Cet amour des chats est cyclique. Au 19e siècle le chat était très important puisqu'il était utilisé pour dératiser les navires ou les champs. Après cette période où il était encensé, il y a eu une période de 150 ans où il était relégué comme animal de ferme sans importance. Cela fait une vingtaine d'années qu'il reprend toute sa place dans la société. C'est pour cela que je pense qu'il va prendre de plus en plus de place et que ce n'est pas qu'un épiphénomène."

Featured Posts
Recent Posts
Follow Us
Search By Tags
Archive
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2014 by FTG

© Tous droits réservés Stéphane Garnier